Toujours le même accueil mercredi matin au marché Coty à la ZUP de Blois. Mathilde Paris commence à être bien reconnue, des gens viennent spontanément vers elle. Nos adversaires sont un peu dépités de nous voir là où ils ne nous attendent pas. Pourtant nous avons toujours été bien accueillis sur ces marchés.
Nous avons pu avoir des échanges intéressants, autour des questions de santé, du social et les équipements publics souvent trop délaissés au yeux des personnes rencontrées.
Cette période de fin mois est toujours assez dure dans ces quartiers frappés par le chômage et la précarité. Beaucoup attendent le versement des prestations sociales le 5 du mois, et il y a avait deux fois moins d’étals que d’habitude; beaucoup moins de chalands également, malgré des prix attractifs.
Redonner du travail et du pouvoir d’achat aux Blésois, c’est aussi une de nos priorités..