Image d’archives : quartier de la Quinière, mai 2016

Les feux de voitures sont devenus tellement répétitifs qu’ils sont signalés en quelques lignes par la presse locale, comme un banal fait divers. D’ailleurs le bilan des feux de voitures de la Saint Sylvestre est soigneusement caché par le Ministre de l’Intérieur.
Cette fois pourtant la Nouvelle République y consacre un article, car ce ce sont 4 voitures qui ont été incendiées et une autre signalée sur le site Internet du journal.
Une première voiture a été brûlée route de Château-Renault, en bordure d’un quartier régulièrement touché, une autre signalée près de là au rond point de la route de Molineuf, le troisième feu avenue Jean Laigret près de centre-ville, qui a détruit 2 voitures.
A cela s’ajoute un feu de poubelles rue Claude Robin.
La Police n’établit pas de lien entre ces différents incendies, mais on peut tout se demander quelles sont les motivations du ou des auteurs.
Il faut dire que les prétextes ne manquent pas : réglements de comptes entre trafiquants, réprésailles après une intervention policière. On vient de le voir à Metz, où des voitures ont été brûlées et des cocktails molotov lancés contre la Police en soutien au terroriste mis hors d’état de nuire. Certains ont clairement choisi leur camp.
A Blois aussi il faudra être vigilant.