A l’heure où les batailles d’appareil et les querelles de personnes finissent de diviser ce qui reste des Républicains, dans le seul souci de sauver leurs places, le Rassemblement national s’adresse à leurs électeurs déboussolés, qui ne veulent pas voter pour des candidats ralliés à Macron.
D’autant plus que dans cette élection, nous sommes les seuls défenseurs résolus de l’échelon communal, que les anciens partis de gouvernement tout comme LREM veulent progressivement faire disparaître, en leur retirant le pouvoir de décision.
Marine Le Pen ne dit pas autre chose : « Là où les autres rêvent d’éloigner le pouvoir municipal du citoyen vers des structures de second degré, des communautés d’agglomérations, des fusions de communes, nous proposons de faire redescendre le pouvoir au niveau du quartier, au niveau des citoyens. »
Au cours de cette convention, après une matinée de travail, l’après-midi était consacré au interventions de plusieurs candidats, le plus souvent jeunes, et résolument lancés dans la bataille.
Ensuite, ce sont des maires RN qui ont présenté leur bilan au cours d’une séquence « la gestion RN, ça marche ! »
Puis se sont succédé à la tribune Thierry Mariani, Sébastien Chenu, Louis Aliot et Jordan Bardella pour adreser un message politique au-delà des municipales, dans la perspectives des élections de 2021 et de la présidentielle en 2022.
Enfin il revenait à Marine Le Pen de prononcer le discours de clôture, qu’il est possible de revoir en ligne, abordant tous les enjeux de cette campagne décisive.
Et de conclure sur les inquiétudes de Gérard Larcher qui craint de voir de nombreuses villes choisir un marie RN, en raison disait-il « de la désespérance » de nos concitoyens. Il se trompe devait rectifier Marine, ce n’est pas par désespoir que les Français votent pour nous, c’est au contraire parce que nous incarnons le seul espoir !