Combien d’élus ont lu les 515 pages d’annexes du Plan climat air énergie avant de le voter hier soir ?
Il faut dire que ce plan doit s’intégrer dans les 9 autres schémas régionaux qui traitent de l’environnement, en tenant compte de l’avis du Préfet, du Préfet de Région, du Président du Conseil Régional, de l’Autorité environnementale, tout en respectant le cadre législatif et réglementaire, tant national qu’européen.
Autant dire que le résultat final est incompréhensible pour le profane, et que rien ne peut garantir que les objectifs affichés seront atteints.
C’est l’exemple-type d’une « usine à gaz ».
Ainsi comment garantir et même mesurer une diminution de 71% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 sur le territoire d’Agglopolys ?
Par contre la multiplication par 6 de la production d’énergie renouvelable interroge, car le solaire comme l’éolien ne sont rentables qu’en raison des aides de l’Etat et de la surtaxe payée par le consommateur, qui permet le rachat de l’électricité produite à un prix avantageux, mais qui n’est pas garanti dans la durée. Et sur ce point, Agglopolys n’a aucun levier.
On note tout de même que le Préfet aurait souhaité que soient précisées dans ce domaine « les modalités d’accompagnement des collectivités » et « l’implication vis-à-vis des porteurs de projets ».
Autrement dit le représentant de l’Etat voudrait davantage d’éoliennes.
Quand on sait que les éoliennes sont de plus en plus critiquées pour leur inefficacité et leurs nuisances, cet objectif semble bien illusoire, sauf à vouloir imposer des éoliennes là où les populations s’y opposent.
C’est pourquoi nous avons refusé de voter ce plan en l’état.
Personne d’autre n’a osé prendre la parole, et le Président de l’Agglo a préféré passer au vote, sans même tenter de nous répondre.