A10 Herbault

Capture d’écran Google Maps. En bleu, les échangeurs existants d’Autrèche et de la Chaussée Saint-Victor.

Communiqué de Presse du Rassemblement National de Loir-et-Cher

Nous sommes surpris que les études sur la seconde sortie de l’autoroute A10 n’ont abouti qu’à une seule proposition peu convaincante.

Nous avions déjà fait remarquer que la solution d’un échangeur du côté de Saint Sulpice n’était guère convaincante en raison de la configuration du réseau routier et de l’impossibilité de relier le sud de la Loire.

Cela resterait donc une solution urbaine, sans répondre à tous les enjeux de développement de l’Agglomération.

C’est pourquoi nous proposions l’étude d’une sortie à Herbault, qui serait moins coûteuse et permettrait de désenclaver la partie sud-ouest de l’agglomération.
Au niveau de Blois, le problème se situe surtout en sortie d’autoroute à cause du trafic local.

Outre l’aménagement en cours du rond-point de Cap Ciné, nous avions également proposé, dès les municipales de 2008, une bretelle qui éviterait le rond-point des Châteaux pour se raccorder à la rocade nord, ce qui éviterait en même temps que les rues Robert Debré et Robert Nau servent de délestage pour rejoindre la route de Châteaudun et la route de Vendôme.

Le raccordement à la route de Châteaudun pourrait également être amélioré.
Côté entrée au péage de La Chaussée, une voie supplémentaire serait également à envisager, mais cela relève de Cofiroute qui va qui ne devrait pas faire contribuer les collectivités à ce type d’aménagement.

Interrogé par Michel Chassier en avril 2018, Christophe Degruelle avait répondu en donnant l’assurance que 5 scénarios étaient sur la table, et dans l’hypothèse d’une seconde sortie, Herbault pouvait en faire partie.

C’est pourquoi nous sommes étonnés que cette solution ne soit plus évoquée.

Un tel échangeur serait équidistant entre Autrèche et la Chaussée Saint Victor, respectant l’intervalle moyen sur l’A10 entre le péage de Monnaie et Orléans : environ 15 km, il éviterait la traversée de Blois ou une double traversée de la Loire pour les poids lourds sortant de l’échangeur existant pour rejoindre le secteur Onzain-Herbault.