Vos élus RN à l’Agglo (de gauche à droite) : Jean-Louis Berger, Michel Chassier, Mathilde Paris.
Le récent conseil communautaire d’Agglopolys vient d’approuver les comptes administratifs pour 2018.
L’occasion pour faire un point sur la situation financière et les perspectives de l’Agglo.
Une situation pour le moins préoccupante.
En effet les dépenses ont augmenté plus vite que les recettes, basées en grande partie sur la fiscalité des entreprises dans un contexte morose : + 1,5% pour les dépenses, – 2% pour les recettes.
Certes l’Agglo a réduit son endettement, mais c’est en puisant dans le fonds de roulement, et en reportant une partie des investissements sur 2019.
Les dépenses d’équipement sont au plus bas depuis 2014, et l’Agglo n’a pas de projets.
Pendant ce temps, nous voyons les métropoles de Tours et Orléans se livrer une concurrence acharnée et investir massivement.
Autre signe inquiétant qui confirme ce manque de dynamisme, on enregistre pour la première fois par un léger tassement de la population sur le périmètre de l’Agglo.: 109 080 en 2018 contre 109 639 en 2017.
Michel Chassier s’en est inquiété, interrogeant aussi sur les excédents constatés pour l’assainissement et les ordures ménagères.
Une situation déjà soulignée par l’élu RN il y a un an. On lui avait répondu à l’époque que c’était en prévision d’investissements programmés. Le problème c’est qu’en 2018 les excédents ont encore augmenté, et les réalisations tardent. De plus ce mode de gestion est en contradiction avec le principe budgétaire d’annualité… et avec la « trésorerie zéro » que l’Agglo revendique pour le budget principal.
Il est donc permis de se poser la question de savoir si les taux de ces deux taxes (assainissement et OM) ne sont pas excessifs.
Lire l’intervention de Michel Chassier : Aggloploys CA 2018.